La maltraitance infantile affecte les circuits cérébraux

Les séquelles profondes et persistantes des traumatismes subis durant l'enfance pourraient être attribuables à des connexions neuronales défaillantes. C'est ce qu'ont démontré des chercheurs de l'Université McGill qui ont évalué les séquelles à long terme de ces traumatismes. Les chercheurs ont pu observer des modifications des structures neuronales dans certaines régions du cerveau : ces modifications pourraient contribuer à l'émergence de troubles dépressifs et de comportements suicidaires.

Selon les chercheurs, l'adversité en début de vie peut entraîner la détérioration persistante de plusieurs fonctions neuronales dans le cortex cingulaire antérieur. Les chercheurs veulent pousser leurs travaux pour bien établir la région du cerveau affectée, la phase du développement, et, au niveau moléculaire, comment ces effets parviennent à affecter la régulation des émotions et l'attachement. Les résultats de cette étude ont été publiés dans l'American Journal of Psychiatry.

Source

Lien vers l'étude