La qualité du sommeil : une affaire de sexe ?

L'horloge biologique affecte différemment le sommeil et l'éveil des femmes et des hommes. C'est ce qu'a démontré une chercheure de l'Institut universitaire en santé mentale Douglas dans une étude publiée dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences. La chercheure a contrôlé le cycle menstruel et l'utilisation de contraceptifs hormonaux de femmes et a observé qu'à sommeil comparable, l'horloge biologique des femmes les porte à s'endormir et à se réveiller plus tôt que les hommes. Ces facteurs expliqueraient que les femmes pourraient ainsi être moins adaptées biologiquement au travail nocturne. D'autres recherches seront nécessaires pour approfondir cette question et développer des interventions adaptées à la santé des femmes et des hommes. Plus du tiers de la population canadienne subit des perturbations de son sommeil. Avec pour conséquence, des troubles de fonctionnement chez près de 15 % des adultes.

Source

Lien vers l'étude