Un nouveau syndrome immunitaire et endocrinien

Des chercheurs du Centre de recherche du Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CRCHUM) ont découvert Armc5, pour Armadillo repeat containing 5, un gène connu, dont la fonction, elle, était inconnue. Les chercheurs ont réussi à invalider ce gène chez la souris et ont découvert que sa perte produit un syndrome jusqu'alors inconnu, provisoirement appelé le Syndrome d'Armadillo. Ils ont observé qu'en inactivant le gène Armc5, environ la moitié des souris meurent pendant le développement embryonnaire et celles qui survivent sont plus petites. Leur système immunitaire est affaibli, elles résistent mal aux infections. En plus, lorsqu'elles vieillissent, leurs glandes surrénales grossissent anormalement et leurs taux de cortisone sanguine sont élevés, comme dans le syndrome de Cushing chez l'humain. Les chercheurs sont d'avis que mieux comprendre les mécanismes par lesquels ce gène contrôle le développement de plusieurs organes et les différentes manifestations de ce Syndrome d'Armadillo pourra aider à prévenir et traiter des affections graves comme le syndrome de Cushing et peut-être d'autres maladies causées par des mutations du gène ARMC5.

Les résultats de ces travaux ont été publiés dans Nature Communications.

Source

Lien vers l'étude