Tuberculose : il faut changer le paradigme

Pour comprendre une maladie, pourquoi ne pas trouver comment on tolère l'infection plutôt que de l'éradiquer ? Ce changement permettrait d'élaborer de nouvelles stratégies de traitement. C'est en ce sens que des chercheurs du Centre de recherche du CUSM ont orienté leurs travaux portant sur la tuberculose, une maladie qui demeure latente pour un grand nombre des personnes infectées. En prenant cette approche, les chercheurs ont découvert un mécanisme voulant que l'organisme pouvait tolérer une bactérie plutôt que de lutter contre elle et développer la propagation de l'infection. Les chercheurs ont aussi découvert qu'un nombre trop élevé de lymphocytes T (les soldats de notre système immunitaire) peuvent faire plus de mal que de bien. Ce changement de paradigme ouvre maintenant la voie à la conception d'un nouveau traitement, ou encore, d'un nouveau vaccin contre la tuberculose. Les résultats de cette étude ont été publiés dans Science Immunology.

Source

Lien vers l'étude