La FMSQ demande un moratoire avant l'application du projet de jeu en ligne

La Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ) en collaboration avec l'Association des médecins spécialistes en santé communautaire du Québec (AMSSCQ) invite la population à signer rapidement la pétition demandant au gouvernement un moratoire quant à la mise en application de son projet de jeux d'argent et de hasard en ligne.

Le gouvernement du Québec donnera bientôt le feu vert à Loto-Québec pour la mise en place de jeu en ligne comme le poker. Au Québec, on estime que 2 % de la population participe à des jeux en ligne, soit plus de 130 000 personnes. De ce nombre, plus de 17 % démontrent des problèmes de dépendance au jeu, de modérés à graves. Selon le Canada Tax Foundation, chaque joueur aux prises avec un problème grave de jeu coûte 56 000 $/an à la société en coûts directs et indirects.

Le gouvernement s'apprête à poser un geste qui, aux dires des directeurs de santé publique des 18 régions du Québec, entraînera des coûts sociaux qui dépasseront largement les retombées financières escomptées.

La FMSQ appuie la position de l'AMSSCQ et des directeurs de santé publique des 18 régions du Québec. De l'avis de tous, un moratoire permettant de mieux évaluer les risques inhérents aux diverses pathologies liées au jeu en ligne doit être décrété. L'expérience de pays où les jeux ont été étatisés pourra être mise à profit. N'oublions pas que l'offre de produits sur l'internet est en émergence et que les plus grands utilisateurs sont des jeunes, une clientèle souvent plus vulnérable. Les moyens de prévention actuellement annoncés par Loto-Québec ne sont pas garants de la protection de cette clientèle plus fragile.

La FMSQ vous invite à appuyer notre démarche en signant aujourd'hui la pétition. Nous vous suggèrons également de prendre connaissance du document de l'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) sur les enjeux de santé publique liés à l'étatisation des jeux d'argent sur Internet.

Finalement, n'hésitez pas à transmettre un courriel à vos amis afin de les inciter à signer cette pétition. Plus nombreux seront les appuis, plus grandes seront les chances d'obtenir un moratoire sur ce projet. Le temps presse; les consultations gouvernementales se termineront le 8 mai.