Réaction au texte «  Le chantage médical  » de Josée Legault

Lettre d'opinion transmise le 22 mars 2017 au Journal de Montréal et au Journal de Québec

Diane Francœur, M.D.
L'auteure est présidente de la Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ).

 

Réaction au texte « Le chantage médical » de Josée Legault

Les médecins spécialistes du Québec posent plus de 63 millions d'actes par année pour soigner des millions de patients. Et, tous les jours, les patients témoignent de leur satisfaction pour les soins reçus. Des patients qui ne sont pas obnubilés par notre rémunération.

Vous semblez convaincue que les médecins ne pensent qu'à leur « salaire ». J'ai hâte de prendre connaissance de votre cahier spécial portant sur les survivants du cancer qui sera publié ce week‑end. Je suis persuadée que les médecins spécialistes et les équipes soignantes qui leur ont permis de vaincre le cancer ont, dans leur cœur, une cote de popularité qui va bien au-delà de cette obsession pour l'argent que vous brandissez sans cesse pour mieux annihiler tout le reste.

Vos propos semblent trahir une certaine haine que vous éprouveriez envers les médecins. Qu'une organisation syndicale sonde ses membres sur des enjeux qui les touchent est une démonstration de saine gouvernance. Cette initiative aurait dû être interprétée de façon positive plutôt que de s'inscrire, encore une fois, dans cette entreprise publique de dénigrement des médecins.

Cela dit, je ne me fais pas d'illusion. Vous n'avez jamais daigné répondre à mes nombreuses invitations à venir me rencontrer afin que nous puissions avoir une discussion ouverte. Il est plus facile de rester campée sur vos positions plutôt que d'essayer de comprendre celle des médecins. Oui, les médecins québécois sont l'objet de dénigrement; ils le vivent et ils nous le disent. Et quand certains abusent du système, notre « puissante » fédération, comme vous dites, est la première à les dénoncer.

Et cette conscience sociale devrait s'appliquer à tout le monde. Aux médecins, certes, mais aussi aux politiciens et aux influenceurs. Ce que vous êtes.

Montréal, le 23 mars 2017