La FMSQ attend des résultats concrets de la rencontre fédérale-provinciale

Montréal, le 13 septembre 2004 – La Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ) attend des résultats concrets de la rencontre des premiers ministres sur les négociations du financement du système de santé et sur le redressement de la péréquation, deux dossiers indissociables. La FMSQ exprime son appui au gouvernement du Québec afin d'empêcher le fédéral de poser des conditions unilatérales ou de dicter des réformes en échange du financement promis en santé.

Le système de santé au Québec a besoin d'un financement stable sur lequel on peut se fier et non d'une promesse de financement qui vient et qui va au gré des élections. De l'argent neuf est nécessaire et une entente fédérale-provinciale à la hauteur des besoins particuliers du Québec est souhaitable, c'est-à-dire qu'elle devrait correspondre à 25 % des dépenses réelles en santé de la province. Certes, la réduction des listes d'attente en chirurgie est déjà une priorité chez nous, mais d'autres besoins urgents, comme le traitement du cancer, les maladies mentales, attendent aussi une solution.

« Nous n'avons pas besoin du fédéral pour venir nous dire où l'argent doit être investi. Le gouvernement du Québec est déjà interpellé sur tous les besoins du réseau québécois et les choix relèvent de la responsabilité du Québec », dénonce le Dr Louis Morazain, vice-président de la Fédération des médecins spécialistes du Québec, quant au fédéral qui franchit la frontière de la juridiction provinciale en santé. « Ce n'est pas parce qu'on a les mêmes priorités que le fédéral peut se permettre de nous dicter ses conditions. »

La Fédération des médecins spécialistes du Québec regroupe près de 8 000 membres au Québec, répartis dans 34 spécialités. Seul organisme reconnu par le gouvernement pour la négociation d'ententes collectives pour les médecins spécialistes, la FMSQ est également consultée pour tout ce qui touche l'organisation des soins médicaux au Québec.