La Fédération des médecins spécialistes du Québec crée sa propre fondation : un répit aujourd'hui… pour la vie !

Montréal, le 23 avril 2012 - La Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ), forte de l'appui unanime de ses délégués, a décidé de s'engager de manière tangible et visible dans une cause charitable, au service de la population québécoise. C'est dans cet esprit que, lors d'une conférence de presse tenue aujourd'hui, la FMSQ a annoncé la création de sa nouvelle fondation ainsi que la cause qu'elle compte appuyer.

« Nous voulons faire une réelle différence dans la vie des aidants naturels du Québec en contribuant à leur offrir un peu de répit bien mérité. » C'est en ces termes que le président de la Fédération des médecins spécialistes du Québec, Dr Gaétan Barrette, a annoncé l'engagement majeur de son organisation dans cette cause qui rejoint, aujourd'hui, plus d'un million de Québécois agissant comme aidants naturels.

« La Fédération versera à sa nouvelle fondation, une contribution annuelle à la hauteur d'un million de dollars, et ce, dès cette année. Notre Fondation sera donc en mesure d'aider financièrement diverses initiatives de répit telles que la mise sur pied ou le soutien de maisons spécialisées et d'autres types d'activités » d'ajouter Dr Barrette. Soulignons que le conseil d'administration de la FMSQ assume les mêmes fonctions au sein du nouvel organisme qui constitue la Fondation.

Ajoutons que cette somme sera puisée à même le budget annuel d'opération de la Fédération et que celle-ci mettra aussi gracieusement à la disposition de la Fondation, toutes les ressources humaines et logistiques nécessaires à son bon fonctionnement. Par ailleurs, la création d'une fondation permettra de recevoir des dons externes et émettre des reçus fiscaux ouvrant droit à des crédits d'impôt aux fins de charité.

« La Fondation de la FMSQ contribuera à la mise en place, au maintien ou à l'amélioration de ressources de répit au Québec. Puisque le répit n'est pas seulement l'apanage des personnes âgées, notre Fondation soutiendra les initiatives de répit qui touchent diverses clientèles, tant les enfants que les adultes » d'expliquer le président. « Notre objectif est simple : intervenir de manière concrète auprès de milliers de Québécois qui espèrent plus que jamais avoir accès à ce genre de services. »


La Fondation soutiendra des demandes présentées par des donataires non gouvernementaux reconnus au sens de la Loi de l'impôt sur le revenu et dont le siège social se situe au Québec. Les projets devront se dérouler entièrement au Québec. Les informations afférentes aux modalités d'inscription et aux critères d'admissibilité des projets seront rendues publiques ultérieurement par la Fondation.

Le répit

Sur plus de 3 500 organismes communautaires œuvrant au Québec, on constate que très peu d'organismes dédient exclusivement leurs activités aux aidants naturels. Il s'agit d'un domaine d'intervention relativement jeune et encore peu développé eu égard au nombre d'aidants que l'on retrouve au Québec. Les services de répit se traduisent, la plupart du temps, par du dépannage de jour ou de soir, parfois le week-end, du gardiennage à domicile ou, dans certains cas, de l'aide pour les tâches ménagères (courses, entretien léger, etc.). L'offre de service et la durée du répit varient d'un organisme à l'autre et d'une région à l'autre. C'est d'autant plus vrai en ce qui concerne les lieux de répit et de séjour où les ressources font aussi défaut. Les ressources offrant un répit, c'est-à-dire avec hébergement et prise en charge de la personne aidée pour une durée variant de quelques jours à une ou deux semaines, sont encore plus rares.

Les aidants naturels

Selon l'estimation effectuée en 2010 par le Regroupement des aidantes et aidants naturels du Québec, le Québec comptait 1 161 322 aidants naturels, dont l'âge moyen était de 46 ans pour les aidantes et de 44 ans pour les aidants. Les aidants naturels sont majoritairement des femmes et on évalue que près de la moitié des femmes entre 35 et 64 ans peuvent s'attendre à prendre soin d'un parent âgé. Les statistiques démontrent que les aidants naturels fournissent jusqu'à 5 heures d'aide par semaine et 1 personne sur 4 débourse plus de 300 $ par mois pour aider son proche parent. Certaines sources estiment que les aidants naturels effectuent 80 % des soins d'un proche à la maison.

La Fédération des médecins spécialistes du Québec regroupe plus de 9 000 médecins spécialistes détenant une certification dans l'une des 53 spécialités médicales reconnues.