Le projet de loi no 28 empêche une vision globale des soins médicaux spécialisés au Québec, selon la FMSQ

Montréal, le mercredi 6 juin 2001 – La Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ) a aujourd'hui dénoncé, devant la Commission parlementaire des affaires sociales sur le projet de loi no 28, les nombreuses failles de l'organisation des soins au Québec qui ne seront pas corrigées par ce projet. Celui-ci prévoit, entre autres, de sanctionner le médecin spécialiste se retrouvant en sus du plan d'effectifs médicaux d'un centre hospitalier alors que bien des efforts doivent être faits préalablement pour éviter que cette situation ne se produise.

« Cette manière de faire est plutôt paradoxale », de dire le Dr Yves Dugré, président de la Fédération des médecins spécialistes du Québec. « Il faut prioriser des mécanismes de répartition efficaces des effectifs médicaux et avoir une vision globale de cette organisation, avant de penser à sanctionner les médecins spécialistes pour une distribution boiteuse qui résulte de la non-application de la loi actuelle ».

La FMSQ rappelle, dans son mémoire, que les médecins spécialistes ne sont pas responsables du décalage entre les besoins en effectifs médicaux sur l'ensemble du territoire québécois et l'offre de service actuellement disponible. Cette responsabilité relève du ministre qui a notamment réduit le nombre d'entrées en médecine et dans les programmes de résidence, malgré les interventions répétées de la FMSQ pour renverser cette tendance. De plus, il faut souligner que les mécanismes de répartition varient grandement d'une région à l'autre, sans tenir compte de ce que dicte la loi actuelle. À titre d'exemples, plusieurs régies régionales n'élaborent pas de plan d'organisation des services et n'ont pas de plans régionaux d'effectifs médicaux adoptés par le ministre.

« Nous suggérons donc au ministre d'assurer une application plus rigoureuse des dispositions actuelles de la loi plutôt que de remettre en question les mécanismes qui y sont prévus » mentionne le docteur Dugré. Tous les éléments nécessaires au bon fonctionnement de la répartition adéquate des effectifs médicaux se retrouvent dans la Lettre d'entente 129, signée il y a moins d'un an avec le gouvernement. Cette entente a permis la mise sur pied du Comité de gestion des effectifs médicaux spécialisés. Le Dr Dugré précise : « Pour une première fois, nous aurons un plan de répartition basé sur la disponibilité réelle des effectifs médicaux et non pas sur un modèle mathématique que nous avons toujours trouvé inadéquat. Il faut rappeler qu'il ne s'agit pas de la répartition de 7 500 médecins spécialistes, mais tantôt de 800 psychiatres, tantôt de 350 obstétriciens-gynécologues, tantôt de 160 pneumologues… » mentionne-t-il à titre d'exemples.

Jusqu'à maintenant, plus de 20 associations de médecins spécialistes ont collaboré à faire un inventaire réaliste de leurs effectifs médicaux. Cet exercice imposant s'est fait hôpital par hôpital en tenant compte des nouvelles cohortes de finissants en médecine spécialisée des prochaines années et des départs anticipés. « À cela devront s'ajouter des réseaux d'information adéquats pour que la régie régionale, l'hôpital et le médecin spécialiste concerné soit au courant du plan d'effectifs médicaux », de dire le Dr Dugré.

Par ailleurs, la FMSQ a réitéré, devant les membres de la Commission parlementaire, l'importance de la gestion médicale dans le domaine de la santé en favorisant la présence accrue des médecins spécialistes sur les conseils d'administration des organismes du système de santé québécois.

La Fédération des médecins spécialistes du Québec regroupe près de 7 500 membres au Québec, répartis dans 34 spécialités. Seul organisme reconnu par le gouvernement pour la négociation d'ententes collectives pour les médecins spécialistes, la FMSQ est également consultée pour tout ce qui touche l'organisation des soins hospitaliers au Québec.
Vous trouverez le mémoire de la FMSQ, présenté dans le cadre de la Commission parlementaire des affaires sociales sur le projet de loi no 28, sur le site Web de la FMSQ à l'adresse suivante : www.fmsq.org à la rubrique Publications.

-30-