Plan de la santé et des services sociaux : un simple exercice théorique

Montréal, le 19 novembre 2002 – La Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ) a fait connaître sa réaction aujourd'hui au Plan de la santé et des services sociaux, rendu public par le ministre d'État à la Santé et aux Services sociaux, M. François Legault, et le ministre délégué à la Santé, aux Services sociaux, à la Protection de la jeunesse et à la Prévention, M. Roger Bertrand. La FMSQ constate que le ministre reconnaît bel et bien les besoins des Québécois en matière de santé, mais doute  cependant qu'il puisse, de manière réaliste, donner suite aux belles intentions contenues dans ce plan.

Dans l'ensemble, l'analyse de la situation du  ministre Legault reprend celle maintes fois faite par la FMSQ et par beaucoup d'autres acteurs du milieu de la santé. La FMSQ reproche au plan de relance du ministre de la Santé son aspect purement théorique. Il ne fait pas avancer le débat et ne présente aucune mesure concrète pour régler le fond du problème qui demeure la pénurie de personnel qualifié et le sous-financement de la santé. Le Plan de la santé et des services sociaux indique nullement la provenance et la distribution d' argent nécessaire pour redresser le système de santé. Entre autres, la FMSQ aurait souhaité en connaître davantage sur les mesures prévues par le ministre pour satisfaire les revendications des médecins spécialistes.

« Le plan du ministre est bien intentionné, seulement il reste volontairement très nébuleux sur les points essentiels : comment financera-t-il son projet? De quelle manière celui-ci sera-t-il mis en application ? », a commenté Dr Yves Dugré, président de la Fédération.  De surcroît, la FMSQ souligne que le plan de 1,8 milliard de dollars vise surtout à rattraper dix ans de mauvaises décisions.

Par ailleurs, la FMSQ est soulagée de voir enfin le ministre adopter une approche globale pour tenter d'enrayer les problèmes endémiques du système de santé québécois. Mentionnons que le ministre Legault a reconnu publiquement la pénurie de médecins spécialistes, ainsi que la nécessité de hausser leur rémunération, deux questions qui sont au cœur du différend qui oppose actuellement la FMSQ et le gouvernement. La FMSQ exige du gouvernement le respect de l'autonomie professionnelle du médecin spécialiste ainsi que la réduction de l'écart de la rémunération entre les médecins spécialistes du Québec et ceux du reste du Canada, qui est de l'ordre de 48 %.

La Fédération des médecins spécialistes du Québec  regroupe près de 7 500 membres au Québec, répartis dans 34 spécialités. Seul organisme reconnu par le gouvernement pour la négociation d'ententes collectives pour les médecins spécialistes, la FMSQ est également consultée pour tout ce qui touche l'organisation des soins médicaux au Québec.

- 30 -