De nouveaux membres au conseil d'administration de la FMSQ

Montréal, le lundi 2 avril 2001 – L'Assemblée des délégués de la Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ) a élu, le jeudi 29 mars dernier, les membres de son conseil d'administration pour un mandat de deux ans.

À la présidence, le Dr Yves Dugré a été élu sans opposition. Le Dr Dugré est oto-rhino-laryngologiste au Centre hospitalier régional de Trois-Rivières. D'abord conseiller pendant deux ans, il est devenu vice-président de la Fédération des médecins spécialistes du Québec en 1993. Il succède au Dr Pierre Gauthier, qui a dirigé la FMSQ pendant les sept dernières années.

Lors de sa première réunion, le conseil d'administration a procédé à l'élection des membres de l'exécutif : à la vice-présidence : Dre Francine Mathieu-Millaire, ophtalmologiste à l'Hôpital Maisonneuve-Rosemont de Montréal ; au poste de secrétaire : Dr Richard Leblond nucléiste au Complexe hospitalier de la Sagamie de Chicoutimi et au poste de trésorier : Dre Marie-Laure Brisson, pathologiste à l'Hôpital Général Juif de Montréal.

Les conseillers élus sont Dr Michel Guay, pédiatre à l'Hôpital du Haut-Richelieu de Saint-Jean-sur-Richelieu ; Dr Pierre-R. Laberge, microbiologiste-infectiologue au Centre hospitalier régional de Sept-îles ; Dr Michel Lallier, chirurgien général à l'Hôpital Sainte-Justine de Montréal ; Dr Gilbert Matte, psychiatre à la Clinique médicale 24 juin de Sherbrooke et Dr Louis Morazain, orthopédiste à l'Hôpital du Haut-Richelieu de Saint-Jean-sur-Richelieu.

Deux  priorités : les effectifs médicaux et les plateaux techniques

À l'issue de l'élection de jeudi soir, le Dr Dugré a brièvement abordé quelles seront les principales préoccupations de la nouvelle équipe au cours des deux prochaines années. En s'appuyant sur l'importance et la crédibilité de la médecine spécialisée au sein du réseau de la santé, le docteur Dugré a mentionné que : « la priorité sera de s'assurer d'une répartition réaliste et objective des médecins spécialistes sur le territoire québécois ». Il a également souligné le rôle fondamental des centres hospitaliers universitaires comme lieu privilégié de  formation de la relève en médecine spécialisée, d'où la nécessité d'une répartition équitable des effectifs entre les diverses catégories d'hôpitaux.

Une autre préoccupation du Dr Dugré a trait à la vétusté des plateaux techniques. En effet, que ce soit à des fins diagnostiques ou thérapeutiques, les équipements médicaux de pointe sont essentiels. « Or, au Québec, le retard technologique va en s'accentuant et les budgets pour le remplacement ou l'acquisition d'équipement médicaux ne suffisent pas pour répondre aux besoins exprimés tant par les médecins que par les administrations hospitalières, a-t-il dit. Les besoins sont criants que ce soit au niveau des salles d'opération, en radiologie ou aux laboratoires. Nous insisterons fermement pour l'obtention de budgets réalistes tant pour les remplacements que pour la planification des nouvelles acquisitions. »

Par ailleurs, la nécessité d'impliquer davantage les médecins spécialistes dans la gestion de l'organisation des soins de santé va dans les orientations du nouveau conseil. « Leur expertise et leur connaissance de la chose médicale permettra de créer la synergie et la complémentarité médico-administratives nécessaires pour améliorer l'accessibilité à des soins de qualité » a commenté le Dr Dugré.

Enfin, puisque la mission de la FMSQ est la défense et la promotion des intérêts économiques, professionnels et scientifiques de ses membres, le dossier de la révision du niveau de la rémunération des médecins spécialistes se poursuivra intensément. Le Dr Dugré a d'ailleurs précisé à ce sujet : « En comparaison avec les autres provinces, les médecins spécialistes québécois sont les moins bien payés au Canada. Lors de la prochaine négociation, nous entendons défendre la légitimité de diminuer l'écart de rémunération avec nos collègues canadiens ».

-30-