Une loi spéciale odieuse contre les médecins spécialistes

Montréal, le 12 juin 2006 – La Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ) s'insurge avec colère contre l'imposition d'une loi spéciale odieuse, hors proportion et non justifiée par un gouvernement au-dessus des lois. La confiance est brisée. La FMSQ se dit furieuse d'une telle décision, et prévient le gouvernement et la population que de malheureuses conséquences pour le système de santé découleront de cette loi. La FMSQ interpelle le premier ministre, monsieur Jean Charest, pour éviter que la confiance soit brisée à jamais entre la profession médicale et le gouvernement du Québec.

Une signature sans valeur : un gouvernement sans parole

La FMSQ possède une entente signée et pour ses membres, tout comme pour l'ensemble de la population, une signature a une valeur incontournable. Le gouvernement déchire ses engagements. Il avait lui-même reconnu un écart de 10 % entre les médecins spécialistes québécois et leur collègue des autres provinces. « Ce gouvernement est sans parole ni loi. Il signe des ententes qu'il renie, refuse la négociation si celle-ci ne va pas dans son sens, rejette une médiation déjà convenue, et il est même prêt à mettre un terme à un processus judiciaire déjà enclenché. Il faut remettre en doute sa capacité à gouverner de façon démocratique. Comment justifie-t-il l'imposition d'une loi spéciale ? » s'exclame Dr Yves Dugré, président de la FMSQ.

Une loi odieuse : un gouvernement despotique

Alors que la FMSQ est prête à continuer les négociations avec un médiateur, le gouvernement impose une loi spéciale, sans raison, sans menace de la part de la FMSQ et hors de toute proportion. La FMSQ souhaite faire appel à monsieur Jean Charest, en lui demandant s'il est conscient des conséquences néfastes d'une telle loi autant pour la profession médicale que pour la population.

Des conséquences désastreuses : un gouvernement inconscient

« Le signal que le gouvernement envoie semble clair : vous n'êtes pas contents, allez pratiquer ailleurs! Ceci peut cependant devenir dramatique pour les patients : il manque déjà plus de 1 000 médecins spécialistes au Québec et le gouvernement méprise la profession ! », fulmine Dr Dugré. Une autre conséquence de cette loi odieuse serait de transformer le bénévolat actuel du médecin spécialiste en une tâche obligatoire. De plus, elle envoie un message inquiétant pour la relève, les étudiants et résidents en médecine qui sont déjà sollicités pour aller pratiquer ailleurs.

Ce que les médecins spécialistes demandent

Les médecins spécialistes recherchent simplement la nomination immédiate d'un médiateur, sans contraintes à saveur électorale quant à son mandat et sans conditions de signer une entente préalable sur le renouvellement.

La Fédération des médecins spécialistes du Québec regroupe près de 8 000 membres au Québec, répartis dans 35 spécialités. Seul organisme reconnu par le gouvernement pour la négociation d'ententes collectives, la FMSQ est également consultée pour tout ce qui touche l'organisation des soins médicaux au Québec.