Crise dans les urgences : les médecins omnipraticiens, spécialistes et résidents

Montréal, le jeudi 11 juillet 2002« La crise qui perdure dans certaines urgences du Québec et qui se traduit parfois par des ruptures de services ne se réglera pas avec des expédients, des mesures temporaires ou encore une loi spéciale. Elle exige une approche concertée de tous les acteurs impliqués ». C'est ce qu'ont affirmé aujourd'hui d'une même voix le président de la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ), le Dr Renald Dutil, le président de la Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ), le Dr Yves Dugré et le président de la Fédération des médecins résidents du Québec (FMRQ), le Dr Stéphane P. Ahern.

Les présidents des fédérations représentant l'ensemble des médecins du Québec ont annoncé qu'ils avaient décidé de mettre en commun leurs efforts afin de trouver des solutions aux ruptures de services dans une dizaine de salles d'urgence cet été. Les travaux des fédérations porteront également sur la mise en place de mesures appropriées pour régler ce problème qui surgit de manière récurrente et sème une inquiétude légitime auprès de la population de plusieurs régions en droit de s'attendre au meilleur accès possible à des services d'urgence. Les présidents des trois grandes fédérations médicales ont également demandé à rencontrer le ministre d'État à la Santé et aux Services sociaux, M. François Legault afin d'explorer des solutions durables et adaptées à chacun des milieux qui éprouvent des difficultés avec leur service d'urgence.

La FMOQ, la FMSQ et la FMRQ estiment que les causes de ces crises périodiques dans certaines salles d'urgence sont nombreuses et connues, notamment la pénurie de médecins et d'infirmières, la charge excessive de travail et le manque de ressources pour assurer le suivi des patients vus à l'urgence. Dans plusieurs cas, des problèmes de gestion et un environnement inadéquat viennent aggraver la situation. Les présidents des fédérations médicales rappellent au ministre de la Santé et des Services sociaux qu'il a la responsabilité d'assurer aux médecins et aux établissements les moyens requis pour offrir à la population des soins d'urgence de qualité. Les Drs Dutil, Dugré et Ahern estiment que leur initiative de concertation ainsi que des discussions dans un cadre serein avec les autorités gouvernementales et le ministre permettront de trouver des solutions appropriées et de les mettre en place rapidement.

-30-