La FMSQ demande des engagements formels en ophtalmologie

Montréal, le 18 mars 2009 – À la suite de la décision du ministre de la Santé et des Services sociaux de décliner deux projets de création de Centres médicaux spécialisés associés (CMS-A) en ophtalmologie, la Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ) s'interroge sur les solutions que le ministre compte mettre de l'avant pour pallier les difficultés vécues en ophtalmologie. « Les problèmes quotidiens que vivent les médecins spécialistes en ophtalmologie et les conditions dans lesquelles ils travaillent, notamment au CHUM et au centre hospitalier de Saint-Jérôme, sont pitoyables », a déclaré le président de la FMSQ, Dr Gaétan Barrette. « Ces mauvaises conditions ont un impact direct sur les patients qui subissent des délais indus d'accès aux soins. »

La Fédération rappelle qu'il y a moins d'un an, ce même gouvernement était ouvert à l'établissement de CMS-A en ophtalmologie et que, sur la base de cette nouvelle orientation ministérielle, des projets ont été élaborés avec la collaboration des médecins spécialistes concernés. Ceux-ci étaient d'ailleurs sur le point d'être mis de l'avant, avec les investissements que présuppose le développement de tels projets. La FMSQ s'interroge sur les raisons réelles de cette volte-face du ministre. « Le gouvernement a fait savoir que sa décision a été guidée par l'amélioration de l'accessibilité des services livrés à des coûts égaux ou moindres par rapport au système de santé public. Or, nous avons été informés que les deux projets rejetés rencontraient précisément ces critères, de dire le Dr Barrette. »

La Fédération des médecins spécialistes du Québec réitère sa position en faveur du système public de santé et son appui à tout projet susceptible de compléter l'offre de service du système public quand celui-ci a atteint ses limites. À ce stade-ci, la FMSQ demande au ministre de la Santé et des Services sociaux de dire clairement quelles solutions, et selon quel échéancier, seront proposées aux ophtalmologistes pour leur permettre de pratiquer dans des conditions optimales.

« Si le ministre maintient sa décision, et à défaut de solutions concrètes et rapides de sa part, non seulement l'accès aux soins est en péril, mais nous allons perdre les ophtalmologistes qui, démotivés et inquiets par rapport à l'avenir, vont choisir de quitter le système public. »

La Fédération des médecins spécialistes du Québec regroupe plus de 8 000 membres au Québec, répartis dans 35 spécialités médicales. Seul organisme reconnu par le gouvernement pour la négociation d'ententes collectives, la FMSQ est également consultée pour tout ce qui touche l'organisation des soins médicaux au Québec.