Commission parlementaire sur l'assurance médicaments

Montréal, le 23 février 2000 - La Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ) est venue défendre aujourd'hui le principe de l'accessibilité aux médicaments les plus appropriés à la condition médicale des patients québécois.

Participant à la Commission parlementaire des affaires sociales chargée d'évaluer le Régime général d'assurance médicaments du Québec, le président de la FMSQ, Dr Pierre Gauthier s'est dit d'accord que des solutions doivent être trouvées pour faire face à l'escalade des coûts que connaît le régime. « Cependant, toute hausse significative de la contribution des usagers qui pourrait avoir des conséquences négatives sur la santé des patients les plus démunis en abaissant leur consommation de médicaments essentiels, ne peut être acceptable pour la FMSQ. » a expliqué le Dr Gauthier.

Il a ainsi mis en garde le gouvernement contre l'illusion d'économies vite annulées par des dépenses générées dans les services de santé suite à une non-observance de la prescription médicamenteuse : visites médicales, visites à l'urgence, hospitalisation, etc.

Au contraire, a soutenu Dr Gauthier, l'utilisation de médicaments même coûteux permet de grandes économies dans plusieurs secteurs de la médecine spécialisée citant comme exemple le traitement médical de la maladie ulcéreuse de l'estomac ou de la maladie coronarienne pour lesquelles la médication permet de traiter un grand nombre de patients sans avoir recours à la chirurgie.

Dans cette optique, la FMSQ réserve son jugement quant à certaines mesures proposées par le gouvernement pour contrôler les coûts. « La FMSQ ne peut entériner un système où un choix rigide et limité de médicaments qui serait contraignant pour le médecin traitant, empêcherait son patient d'obtenir la molécule qui lui convient » a affirmé le Dr Gauthier.

En contrepartie, Dr Gauthier croit que des mesures visant à réviser les critères de décision pour l'inscription des médicaments de même que celle permettant de renforcer la pertinence de la prescription médicamenteuse sont susceptibles de rendre le régime plus efficient et moins coûteux.

La FMSQ se dit aussi en faveur d'un plus grand recours au privé qui permettrait un partage des risques et une répartition équitable des primes à payer entre tous les assurés.
Quelles que soient les modifications qui seront apportées au régime général d'assurance médicaments, il importe d'abord que les augmentations de coûts ne deviennent pas un frein à l'accessibilité aux médicaments, ce que ne garantissent pas les scénarios de financement proposés par le ministère de la Santé et des Services sociaux, a conclu Dr Gauthier.

La Fédération des médecins spécialistes du Québec regroupe 33 associations de médecins spécialistes représentant toutes les disciplines médicales, chirurgicales et de laboratoires exercées au Québec. Au total, 7 500 médecins spécialistes sont membres de la Fédération.

-30-