La FMSQ reçoit l'appui de l'AMC - Le gouvernement du Québec blâmé d'imposer des lois coercitives

Montréal, le 23 août 2006 – Dans le cadre de l'Assemblée générale annuelle qui se déroule actuellement à Charlottetown (I.P.E.), l'Association médicale canadienne (AMC) a adopté unanimement une résolution qui s'oppose énergiquement à toute forme de législation coercitive en ce qui a trait à la négociation des conditions de travail et de rémunération des médecins canadiens.

Participant à la rencontre, le président de la Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ), Dr Yves Dugré, est intervenu lors du débat entourant l'adoption de cette résolution pour saluer la position sans équivoque prise par l'AMC et l'AMQ (Association médicale du Québec) dans cet important dossier de l'équité au sein de la profession médicale au pays.

« L'AMC qui regroupe 62 000 médecins, a hautement décrié et condamné la façon de faire du gouvernement du Québec qui a eu recours à la manière forte en imposant des mesures draconiennes et hors de proportion quant au contexte d'une négociation en cours », a déclaré le Dr Dugré.

Le message de l'AMC est clair : il est inacceptable pour un gouvernement d'imposer des mesures coercitives dans les négociations touchant les conditions de travail ou la rémunération des médecins canadiens. « Cette résolution vient mettre encore plus en évidence le comportement inadmissible d'un gouvernement qui, unilatéralement et impunément, renie une entente déjà signée », a ajouté le Dr Dugré.

La Fédération des médecins spécialistes du Québec regroupe près de 8 000 membres au Québec, répartis dans 35 spécialités. Seul organisme reconnu par le gouvernement pour la négociation d'ententes collectives, la FMSQ est également consultée pour tout ce qui touche l'organisation des soins médicaux au Québec.