« On vend le nouveau CHUM par morceaux à des projets privés »

Montréal, 4 septembre 2008 - Le nouveau CHUM n'a pas encore vu le jour qu'il faut déjà trouver des solutions aux problèmes anticipés. L'administration du CHUM en est tellement consciente qu'elle ouvre la porte à des projets complémentaires privés. La nouvelle du développement d'un complexe de santé privé à voir le jour en face du CHUM fait écho aux propos tenus par la Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ) quant aux nombreuses lacunes entourant la construction du nouveau CHUM prévu au 1000, rue Saint-Denis.

« L'annonce de ce projet privé confirme ce que nous avons rendu public récemment et nous sommes convaincus qu'il y a d'autres projets privés qui profiteront des lacunes du projet du CHUM » a réagi le président de la FMSQ, Dr Gaétan Barrette. « Ce qui est pire encore, c'est que ces projets privés se feront avec la bénédiction de l'administration du CHUM. »

Le Dr Barrette a reçu de nombreuses réactions de la part de ses membres qui sont outrés de voir que leur administration troque les besoins essentiels d'un hôpital universitaire pour un hôpital qui, le jour de son ouverture, ne sera pas de taille et fera en sorte que l'accessibilité aux soins de médecine spécialisée ne sera pas optimale. « Nous savons aujourd'hui que l'administration du CHUM vend le nouveau CHUM par morceaux à des projets privés et cela est inacceptable » de dire le président de la Fédération.

Pour la FMSQ, le futur CHUM doit impérativement répondre à cinq critères, cinq ingrédients incontournables d'un hôpital universitaire qui se respecte et qui rencontre les standards reconnus et appliqués dans les hôpitaux de même calibre partout dans le monde.

  • Il doit avoir la taille appropriée, notamment comporter une masse critique de lits et des plateaux techniques appropriés pour répondre aux besoins futurs de la population;
  • Il doit permettre l'attraction et surtout la rétention du personnel hospitalier;
  • Il doit être accessible pour tous les patients qui viendront de Montréal et de partout au Québec;
  • Il doit allier dans un lieu de proximité l'enseignement universitaire et la formation, non seulement des futurs médecins, mais de l'ensemble des professionnels de la santé;
  • Il doit permettre d'assurer la pérennité de son développement futur.

« La société québécoise mérite un centre hospitalier universitaire dont les capacités et les paramètres pourront se comparer avec ce qui se fait ailleurs dans le monde. La FMSQ en appelle au bon sens de toute la classe politique, tant sur la scène québécoise que municipale pour réaliser un hôpital universitaire, dont le Québec sera encore fier dans 10, 20 ou 30 ans. »

La Fédération des médecins spécialistes du Québec regroupe plus de 8 000 membres au Québec, répartis dans 35 spécialités médicales. Seul organisme reconnu par le gouvernement pour la négociation d'ententes collectives, la FMSQ est également consultée pour tout ce qui touche l'organisation des soins médicaux au Québec.

-30-