Les médecins spécialistes : partie prenante des soins aigus dispensés aux personnes âgées

Montréal, le 17 novembre 2016 – La Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ) souhaite que le Forum sur les meilleures pratiques en centres d'hébergement de soins de longue durée (CHSLD), qui se tient à Montréal les 17 et 18 novembre, ne soit pas qu'un constat désolant de notre sous-performance dans les soins aux aînés. « Facile de couper chez ceux qui ne peuvent se défendre. Nous voulons être partie prenante dans l'avancement des soins aigus des résidents des CHSLD, au niveau de la 2e et de la 3e ligne », insiste la présidente, Dre Diane Francœur.

Par exemple, les spécialistes en médecine d'urgence du Québec développent une expertise grandissante pour faire face au « tsunami gris », car ils ont à cœur les soins prodigués aux personnes âgées vulnérables et aux résidents des CHSLD du Québec. Certaines solutions sont simples et passent avant tout par la communication entre les intervenants des CHSLD et les services des urgences. Il s'agit parfois de soulager et non de guérir. « On le sait, les salles d'urgence sont des endroits parfois chaotiques. Imaginez-vous dans un tel endroit avec un problème d'audition, une vue diminuée, une mobilité réduite et des déficits cognitifs : c'est ce que les personnes vulnérables ressentent. De meilleurs soins passent, entre autres, par des transferts parcimonieux des résidents en CHSLD vers les urgences. Sortir les gens de leur milieu les rend plus vulnérables à toutes sortes de problèmes, dont les chutes ou le délirium », explique Dre Élyse Berger Pelletier, présidente de l'Association des spécialistes en médecine d'urgence du Québec (ASMUQ).

Les CHSLD sont à la fois un milieu de vie et un milieu de soins. Il faut privilégier les meilleures pratiques en CHSLD qui reposent sur des connaissances en gériatrie. Où en est le Québec dans la formation obligatoire et le maintien des compétences pour les professionnels de la santé et le personnel qui y travaille ? « En milieu de soins, on se préoccupe des soins d'hygiène de base; autrement dit, du changement des couches. Mais on peut diminuer ce problème en adoptant l'application des attitudes positives et des savoir-faire basés sur des données scientifiques », ajoute Dr Maurice St-Laurent, président de l'Association des médecins gériatres du Québec (AMGQ).

La Fédération des médecins spécialistes du Québec regroupe plus de 10 000 médecins spécialistes détenant une certification dans l'une des 59 spécialités médicales reconnues.